top of page

Cancer du sein, alimentation et chimiothérapie

Vous êtes touché de près ou de loin par le cancer du sein et vous vous demandez comment se préparer au mieux pour affronter la chimiothérapie, vous trouverez ci-dessous quelques conseils nutritionnels de base pour vous aider à appréhender cette épreuve.


Il faut savoir que dans la majorité des cas, la chimiothérapie a la fâcheuse tendance à provoquer des effets secondaires qui peuvent altérer votre alimentation. Toutefois, certaines personnes ne seront pas concernées, auquel cas il sera important de conserver une alimentation équilibrée pour aider votre organisme à combattre ce cancer.


Les nausées et vomissements


La chimiothérapie peut provoquer des nausées et/ ou des vomissements au cours des jours qui suivent l’injection, variant de 1 à 5 jours en moyenne. L’oncologue vous prescrira des antiémétiques (médicaments contre la nausée) afin de limiter au maximum ces nausées.


Si, malgré la prise d’antiémétiques, les nausées sont présentes, il sera nécessaire d’adapter votre alimentation en conséquence. Ainsi, optez pour des aliments froids de préférence, qui ont très peu d’odeurs et qui sont faciles à digérer. Pensez à fractionner votre alimentation autrement dit, consommez de petites quantités plusieurs fois par jour (glaces, yaourts, fromages frais, soupes froides, smoothies, porridge …) Durant cette période, il n’est pas question d’adopter une alimentation la plus équilibrée possible mais de s’alimenter avec des aliments qui font plaisir et envie. Vous aurez tout le temps de reprendre une alimentation équilibrée à la suite de cet épisode de nausées.


Aussi, il est possible que vous soyez sujet aux nausées anticipatoires. Cela s’explique par des nausées qui ne surviennent rien qu’à l’idée de devoir franchir de nouveau la porte de l’hôpital, ou bien lorsque vous pensez au repas que vous avez pris le jour de la chimiothérapie. Sachez que ces nausées devraient s’estomper dans le temps. Un conseil, évitez de manger votre plat préféré le jour de la chimiothérapie au risque de ne plus pouvoir le voir !


La veille de la chimiothérapie et le jour J, optez pour un repas léger. Hydratez vous bien surtout le jour de la chimiothérapie afin d’éliminer au maximum les substances chimiques. Vous pouvez consommer de l’eau gazeuse, cela peut vous permettre de mieux supporter les nausées.


La diarrhée ou la constipation


La chimiothérapie peut affecter votre système digestif en occasionnant des épisodes de diarrhées et/ ou de constipation.


Lorsque vous êtes concerné par des diarrhées, il est important de s’hydrater suffisamment afin d’éviter toute déshydratation. Côté alimentation, adoptez une alimentation pauvre en fibres et en matières grasses en privilégiant des aliments tels que le riz blanc, le pain blanc, les pommes de terre …


Au contraire, si vous êtes plutôt constipé, consommez davantage de fibres que vous retrouverez dans les fruits, les légumes, les légumes secs (lentilles, haricots…), les oléagineux (noisettes, amandes…), les pâtes complètes, le son d’avoine, le pain complet …


La perte d’appétit


Il se peut que vous soyez confronté à une perte d’appétit qui engendrerait une perte de poids. Il n’est pas nécessaire de s’inquiéter si elle ne dure que 2 ou 3 jours. En revanche, si vous constatez une perte de poids importante au cours des jours qui suivent, demandez conseil à votre médecin qui pourra vous orienter vers une diététicienne, et éventuellement vous prescrire des compléments nutritionnels oraux.


Afin de lutter contre cette perte d’appétit, il sera nécessaire de se contraindre à manger même si ce n’est que de petites quantités. Pensez à des choses simples et de préférence froides telles que des yaourts, du fromage, des crèmes dessert, des mousses de fruits, des compotes …


Gardez à l’esprit que le cancer et la chimiothérapie fatiguent, et que, par conséquent votre organisme à besoin d’énergie même si ce n’est que quelques calories.


La prise de poids


Il peut arriver que certaines personnes contrent les nausées en mangeant davantage. De même que pour la perte de poids, si cet épisode ne dure que 2 ou 3 jours, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. En revanche, mieux vaut éviter de prendre de mauvaises habitudes sur le long terme. Certes les traitements sont difficiles, et parfois on peut avoir tendance à trouver du réconfort dans l’alimentation mais au risque de se sentir mal à la fin.


Par ailleurs, la prise de corticoïdes présents dans les traitements peut occasionner une légère prise de poids, une augmentation de l’appétit et une rétention d’eau.


Il se peut également, que votre médecin vous ait mis en ménopause artificielle. Ainsi, sachez que votre métabolisme de base risque de diminuer ce qui signifie que votre demande énergétique diminue également. Les quantités sont donc à revoir à la baisse et l’activité physique sera fortement recommandée.


Les mucites


Adoptez une hygiène buccale irréprochable en vous brossant les dents après chaque repas et en optant pour des bains de bouches à base de bicarbonate.


Evitez les aliments qui peuvent irriter votre muqueuse tels que les tomates, les agrumes, la menthe, les noix, les épices, le vinaigre, la moutarde, les fromages à pâte dure comme le gruyère …



Enfin, sachez qu’il est préférable de limiter la prise d’alcool pendant les traitements. Votre foie étant mis à rude épreuve, l’alcool pourrait le fragiliser davantage. Par ailleurs, le pamplemousse ne doit pas être consommé lors des traitements car il risquerait de rentrer en interaction avec les médicaments.


Notez également que chaque effet secondaire lié à la chimiothérapie doit être signalé à votre équipe médicale afin qu’elle puisse vous accompagner au mieux.


Si vous avez besoin de conseils nutritionnels, n’hésitez pas à vous rapprocher d’une diététicienne rattachée à votre centre de soins ou bien une diététicienne en libéral spécialisée en oncologie.


Comments


bottom of page